Qu’est-ce que le Goshin Budo ?

  • Commençons par l’historique et le fondateur du Goshin-Budo :

​Kosho Kuniba (Shogo Kuniba | 1935 – 1992) naquit au Japon à Yamanashi, près du Fuji Yama. Il commença son entraînement dans les arts martiaux en 1940 sous la direction de son père, Kosei.

À l’âge de huit ans, il étudia le Kenyu-Ryu avec Ryusei Tomoyori. Kuniba père voulait que son fils soit un vrai samouraï comme le furent ses ancêtres. Par conséquent, il suivit également une formation en Judo, Aïkido, Iaido et Kobudo.
En 1947, il commença à s’entraîner régulièrement avec Kenwa Mabuni.

En 1952, il étudia le Mugai-Ryu Iaido avec Ishii Gogetsu. Il commença alors à enseigner le Karaté à l’Université d’Osaka.

En 1956, il se rendit à Okinawa, où il s’entraîna avec Shoshin Nagamine, étudia le Kobudo avec Shinken Taira.

A la mort de son père en 1959, Kosho fut élu par le conseil des Shihan du Seishinkai au poste de Soke du Motobu-ha Shito-ryu. Par conséquent, à l’âge de vingt-quatre ans, il devint le plus jeune Soke au Japon et prit le nom de « Shogo » qui signifie « fort guerrier ».

En 1970, il a été choisi par la Zen Nippon Karate-do Renmei (maintenant la JKF) pour faire une démonstration lors des premiers championnats du Monde de Karaté au Budokan de Tokyo. Même honneur en 1972 lors des seconds championnats du Monde qui se sont déroulés à Paris.


A cette époque il créa le Goshin-Budo, système de défense personnelle qu’il a développé à partir de ses connaissances en Judo, Ju-Jutsu, Aïkido, Iaido et Kobudo. L’ensemble de son art était d’une très grande subtilité.

Célèbre dans le monde des arts martiaux, il a collaboré à de nombreux films dont une formidable documentaire : « Budo : grands maîtres des arts martiaux ». Il a fait l’objet de nombreux articles dans des revues d’Arts Martiaux, augmentant ainsi sa popularité.

En 1983, il ouvrit un dojo aux États-Unis (Portsmouth) où il vécut jusqu’à sa mort en 1992. Pendant son séjour à Portsmouth, il a concentré ses efforts sur l’enseignement et la promotion de son art (Goshin-Budo) sur tous les continents, notamment en France où il vint fréquemment entre 1987 et 1992 à l’invitation de Patrick Tamburini (1949-1996).

En dehors du Japon, le Seishinkai est actuellement bien établi aux États-Unis, mais la liste de ses implantations est longue : Mexique, Inde, Suède, Russie, Sri Lanka, Israël, Turquie, Antilles, Amérique du Sud et toute l’Europe.

  • Qu’est-ce que le Goshin Budo ?

Le terme « Goshin » signifie « Protection de soi / du corps » et le terme « Budo », « La voie du guerrier / La voie des Arts Martiaux ». On peut donc traduire « Goshin-Budo » par « La protection de soi par la voie des Arts Martiaux« .

Le Goshin-Budo permet à toute personne de pouvoir faire face à une agression. Constitué d’un large éventail de techniques (luxations, étranglements, projections, percussions,…) il offre des réponses adaptées aux différents types d’agressions.

Le Goshin-Budo de l’AFAMA BUDO n’est pas celui de la lignée directe de la « Kuniba-Ryu-Goshin-Do » (désignation officielle) mais il est constitué de ses principes fondateurs : La vitesse d’exécution, le soucis du détail et de la précision technique, ne pas tomber dans la précipitation, travail de la respiration ventrale, recherche de l’efficacité, concentration,…

Le Goshin-Budo de notre association sportive est sous la Direction Technique Générale de Hanshi Hervé Michaux 8ème Dan, grade obtenu pour son travail technique et décerné par l’IMAF (Division Belgique) et la World United Karate Organization (Appelation « Karate Goshin-Budo »).